Église Saint-Augustin

Accueil » Orgues » Église Saint-Augustin

Orgue Pesce 1994 — 30 jeux, 3 claviers, pédalier

L’orgue est situé dans le cœur de l’église, face à la nef, sous le vitrail représentant Saint-Augustin et sa mère Sainte-Monique d’après le tableau d’Ary Scheffer (1846). Il a été inauguré en mars 1994. Conçu et réalisé selon des techniques traditionnelles par la Manufacture d’orgues Pesce (Pau, Pyrénées-Atlantiques), il contient 30 jeux répartis sur 3 claviers de 56 notes et un pédalier de 30 notes. Il possède un total de 2062 tuyaux, principalement dans des alliages riches en plomb et pauvres en étain.

Le buffet en sapin et tulipier massif, d’une hauteur de 7,60 m, a été peint en imitation marbre par les ateliers René Dubernet (Bègles) dans une polychromie jaune de Sienne, vert de mer et rouge Lovento. Cette magnifique décoration, respectant les savoir-faire en vogue au XVIIIème siècle, est unique en Aquitaine ! Les grands tuyaux de façade, au nombre de 61, sont disposés dans 3 tours et 6 plates-faces, certaines étagées sur deux niveaux. De plus petits tuyaux sont placés dans une fenêtre au-dessus de la console divisée en 3 plates-faces : ce sont des tuyaux du clavier appelé Brustwerk, littéralement « clavier de poitrine » car situés juste au-dessus de l’organiste. Grace à cette localisation différente des tuyaux selon les claviers, l’organiste peut jouer sur des plans sonores distincts.

Son esthétique sonore est inspirée librement des instruments du Nord de l’Allemagne baroque (entre la fin du XVIIème et le début du XVIIIème siècle). La composition et les tuyaux ont été réalisés à partir de relevés effectués sur des orgues historiques. Il est accordé selon un tempérament inégal proche de Kirnberger II et au diapason 448Hz. Ainsi, la musique des compositeurs de la Norddeutsche Orgelschule tels Samuel Scheidt (1587-1654), Heinrich Scheidemann (~1595-1663), Matthias Weckmann (~1616-1674), Vincent Lübeck (1664-1740) et leur grand maître Jan Pieterszoon Sweelinck (1562-1621) sans oublier Dietrich Buxtehude (1637-1707) y sonne à merveille ! Les œuvres de Johann Sebastian Bach (1685-1750) et d’autres compositeurs plus tardifs sont elles aussi très bien servies par l’instrument.

Aux claviers

La console de l’orgue est placée en fenêtre, l’organiste tournant le dos au public. Le tirage des jeux et la transmission des notes sont entièrement mécaniques. 33 tirants de registres et d’accessoires sont disposés de part et d’autre des claviers. Deux cuillères d’appel des tirasses sont placées au-dessus du pédalier. L’accouplement des deux premiers claviers est à tiroir. Les trois claviers comportent chacun 56 touches : les marches (touches blanches au piano) sont plaquées d’ébène, les feintes (touches noires au piano) sont recouvertes d’os. Le pédalier de 30 notes est de type classique allemand, les marches parallèles, planes et de tailles égales.

Orgue de l'Église Saint-Augustin (Bordeaux)

Le tableau de la composition des 30 jeux de l’instrument est le suivant :

OberwerkHauptwerkBrustwerkPedal
Gedackt 8Quintadena 16Gedackt 8Untersatz 16
Quintadena 8Prinzipal 8Spitzflöte 4Prinzipal 8
Prinzipal 4Rohrflöte 8Gemshorn 2Oktave 4
Rohrflöte 4Oktave 4Quinta 1 1/2Mixtur III
Waldflöte 2Spitzflöte 4Sifflöte 1Posaune 16
Sesquialtera IIOktave 2Bärpfeife 8Trompete 8
Scharf IVQuinta 2 2/3Kornett 2
Dulcian 8Mixtur VI
Trompete 8

L’orgue dispose de 6 accessoires :

  • Accouplement Oberwerk/Hauptwerk (à tiroir)
  • Tirasses Oberwerk/Pedal et Hauptwerk/Pedal (appel par cuillère)
  • Zimbelstern (appel par tirant)
  • Tremulant Oberwerk et Brustwerk-Hautpwerk (appel par tirants)

Histoire

L’orgue actuel est le quatrième que l’église Saint-Augustin ait connu. Il fut inauguré le vendredi 11 mars 1994 par l’un de ses titulaires d’alors, Henri Aristizabal. Quelques repères historiques :

1879
Fin de la construction de l’église Saint-Augustin en remplacement d’une ancienne chapelle.
1895
Gaston Maille (Bordeaux) construit un petit instrument de 6 jeux qu’il installe sur la tribune.
1964
Kurt Schwenkedel (Strasbourg) le remplace par un instrument de 13 jeux, 2 claviers et pédalier, à transmissions électriques et sans buffet.
1979
La maison Pesce (Pau) construit un instrument neuf de 29 jeux, 3 claviers et pédalier, en réutilisant le matériel sonore de l’ancien. Cet orgue est placé dans le choeur.
1994
La maison Pesce reconstruit l’instrument (tuyauterie et buffet) avec une esthétique baroque allemande du Nord.

Le troisième orgue de Saint-Augustin a été l’instrument de travail des élèves de la classe d’orgue du Conservatoire de Bordeaux jusqu’en 1989, date à laquelle Francis Chapelet obtint la construction d’un orgue dans l’auditorium du conservatoire.

Troisième orgue de Saint-Augustin (Bordeaux)

Face à la dégradation rapide de cet instrument, les titulaires Henri Corbinaud, Henri Aristizabal et Anne-Marie Marvaud alertent la Mairie de Bordeaux et un projet de reconstruction quasi totale est envisagé dès 1987. Les travaux de reconstruction débutent en 1991 dans les ateliers du facteur palois Pesce. Henri Corbinaud a souhaité que l’instrument soit reconstruit dans l’esprit des instruments baroques que l’on trouve en Allemagne du nord à la fin du XVIIème siècle et au début du XVIIIème. Henri Aristizabal a effectué de nombreuses recherches sur la facture des instruments historiques de cette époque, en particulier sur l’orgue Arp Schnitger de l’église de Cappel près de Hambourg. S’il n’en n’est pas une copie servile, l’orgue actuel de Saint-Augustin en est tout de même très largement inspiré. Il complète ainsi harmonieusement la palette sonore des orgues de Bordeaux et de sa région, essentiellement romantique et néo-classique.

Fruit d’une étroite collaboration sur plusieurs années entre les facteurs Pesce, le décorateur René Dubernet et l’équipe des organistes composée d’Henri Corbinaud, Henri Aristizabal et Anne-Marie Marvaud, l’orgue est achevé en mars 1994. Depuis, l’orgue est entretenu régulièrement. En 2002 un Zimbelstern (clochettes) a été ajouté.

Eva Darracq-Antesberger, titulaire

Eva Darracq-Antesberger est titulaire du grand orgue de l’église Saint-Augustin depuis novembre 2004, succédant à Henri Corbinaud et Henri Aristizabal. Elle est assistée pour les offices par Anne-Marie Marvaud et Pierre Goumarre.

Eva Darracq-Antesberger

Née à Klagenfurt (Autriche), après des études de piano (pédagogie) et d’orgue à « l’Universitaet fuer Musik und darstellende Kunst » de Vienne, elle obtient le premier prix à l’unanimité de piano en 1998, et le premier prix d’orgue à l’unanimité en 2002, dans la classe d’orgue de Michaël Radulescu à Vienne. Elle se perfectionne au CNSM de Paris auprès de Olivier Latry et Michel Bouvard. Elle écrit un mémoire sur la restauration et la reconstruction des orgues historiques et obtient le degré académique « Maîtrise des Arts ».

Elle est professeur d’orgue au Conservatoire de Musique Jacques Thibaud de Bordeaux, et organiste titulaire à l’église St-Augustin de Bordeaux. En même temps, elle poursuit son activité de concertiste internationale, invitée aux festivals d’orgue en Autriche, France, Allemagne, Italie, Espagne, Hongrie, Russie, Chine, en Amérique Latine et au Maghreb.

Investie pour la musique contemporaine et la création musicale, elle a collaboré avec de nombreux musiciens, compositeurs, danseurs, comédiens, lors de festivals à Zurich, Vienne et Paris (Elektrokomplex, Musica moderna, Novart, Orgel.Macht.Klang, …), et a créé une dizaine d’œuvres pour orgue.

Son travail a été récompensé par des prix et des bourses, et son projet d’improvisation « Texturen » a obtenu le « Prix de la Musique 2001 » en Autriche. Depuis 2007, elle travaille avec la Fondation Royaumont dans le cadre de créations pour orgue.

Dans l’objectif d’explorer de nouveaux chemins, elle collabore avec des artistes d’autres domaines, notamment la musique électronique et le multimédia, la chorégraphie, et le jazz. Elle a enregistré avec ORF (Radio National Autriche), Radio France et la chaîne Mezzo.

Discographie

  • Samuel Scheidt, Heinrich Schütz – Georges Guillard – Arion (1996) – Écouter sur Qobuz ou sur Musicme
  • Gottfried-August Homilius, Pièces pour orgue – Georges Guillard – Arion (1997) – Écouter sur Musicme

Pour aller plus loin